Une récolte tout en douceur

La récolte du poil est la partie la plus technique de l’élevage. Le lapin angora mue naturellement tous les 100 jours. Cela signifie qu’il perd ses poils. Au moment de cette mue, je procède à la récolte du poil au moyen d’un peigne. Au brossage, les poils tombent en quantité sans aucune souffrance pour l’animal. Sans brossage, le lapin serait embarrassé par sa toison qui, devenant de plus en plus dense, s’emmêlerait, se serrerait et tirerait sur sa peau. Le terme technique employé par les professionnels est celui d’épilage ou d’épilation. Ce mot est choisi pour marquer la différence avec les méthodes de tonte pratiquées pour récolter les toisons des autres animaux (moutons, chèvres, alpagas…), parfois préférées aussi pour les lapîns dans d’autres pays. La tonte est plus rapide mais, coupant la toison à sa base, produit un poil plus court et plus glissant, et donc une laine de moindre qualité.

Je brosse donc mes lapins, un à un, à la main, en fonction du degré de maturité de leur toison. L’opération se réalise en deux temps : le ventre et les flancs d’abord, puis trois semaines plus tard environ, le dos, afin que le lapin ne soit jamais complètement à nu. Chaque lapin a donc son rythme d’épilage et produit en moyenne 800g à 1kg de poil par an. Je les manipule avec tendresse et beaucoup de précaution.

 

Un poil Angora de qualité

Le poil de lapin angora est une fibre naturelle légère et douce qui procure une sensation de chaleur immédiate en raison des très nombreuses alvéoles d’air qui la composent. On dit de la laine angora qu’elle est thermorégulatrice. Sa chaleur douce et sa capacité d’absorption de l’humidité permettent d’éviter la transpiration. Matière noble par excellence, elle est recommandée au niveau médical pour lutter contre les douleurs articulaires, rhumatismes, arthrose et les problèmes circulatoires

On distingue deux niveaux de qualité de poil :

Le poil jarreux ou laineux

constitue la majeure partie de la toison de l’animal. Il est principalement concentré sur le ventre, les flans et le dos du lapin. La méthode de récolte par brossage permet de conserver la fibre dans toute sa longueur, bulbe compris, donnant au poil une excellente tenue lors de sa transformation en pelote de laine.

Le poil feutré

est composé du poil emmêlé et du poil des jeunes lapins qui ne sont pas épilés mais tondus durant leur première année, le temps que leur peau s’affermisse. Récolté au ciseau, ce poil est donc de moins bonne tenue en pelote. Il est lui aussi filé, mais associé à de la laine et du polyamide pour fabriquer chaussettes, chaussons et gants, tricotés en machine par une petite entreprise d’Indre et Loire.