Le Poil Blanc

Mon cheptel est constitué en grande majorité de lapins blancs. Ma récolte est donc essentiellement composée de poil blanc qu’il faut ensuite filer et teinter pour pouvoir l’utiliser.

J’ai choisi de travailler avec la Filature du Valgaudemar, une petite structure artisanale située à Saint-Firmin dans le département des Hautes-Alpes (05) qui transforme ma matière première et me la restitue sous forme de pelotes ou d’écheveaux. Créée en 1830, cette entreprise est l’une des dernières filatures familiales françaises qui a préservé un savoir-faire unique pour la fabrication de fils en fibres naturelles.

Le poil que je leur envoie est transformé en plusieurs étapes dans le respect des méthodes ancestrales. Il passe tout d’abord dans le loup carde pour ouvrir et mélanger les fibres entre elles. La laine circule ensuite sur plusieurs cylindres pour confectionner un voile. Il sera partagé par un diviseur pour obtenir un « pré fil » qui devra encore être travaillé pour devenir plus solide. Ce pré fil passe ainsi sur le continu à filer pour lui assurer de la torsion. La retordeuse « retord » ensuite plusieurs fils simples entre eux. Le fil est ensuite mis en écheveaux, (*la teinture a lieu ici, avant la mise en pelotes) puis dévidés et transformés en pelotes.

Plusieurs qualités de laine sont envisageables :

– une laine 100 % angora, la plus douce et la plus vaporeuse

– des laines composées dans des proportions variables de poil angora et de laine mérinos (70%/30%, 50%/50%, 40%/60%) mérinos français (mérinos d’Arles)

La Filature du Valgaudemar offre également un service de teinture me permettant d’obtenir différents coloris de laine, selon mes désideratas. Dans le respect de l’environnement, les fils sont teintés dans la masse, de manière à amoindrir la consommation d’eau et optimiser la quantité de colorants utilisés. Les colorants utilisés par la Filature du Valgaudemar sont certifiés Oeko-Tex et ont également un écolabel européen. Givrée, gris anthracite, noir, prune, glacier… sont quelques-unes des multiples couleurs que je tricote ou vous propose sous la forme de pelotes.

Le Poil de Couleur

Il n’existe à ce jour en France qu’une minuscule quantité de lapins angoras de couleurs, l’industrie privilégiant la production de poil blanc, qui, une fois teinté, permet d’obtenir toutes les couleurs souhaitées.

Depuis le début de mon activité, j’ai à cœur de parvenir à produire une laine de couleur naturelle. Petit à petit, par croisement entre des mâles colorés et des femelles blanches à poils longs, je parviens à donner naissance à des lapins colorés. La quantité de poil récoltée étant encore limitée, je me suis tournée vers une filature capable de transformer de petits lots.

Installée à proximité de Namur en Belgique, la Filature du Hibou est l’une des très rares maisons à s’être équipée de Mini Mills, des machines spécialisées dans la micro-filature, permettant aux éleveurs de ne pas avoir à associer leur production à celle d’un autre pour atteindre la quantité de poil nécessaire à la transformation. L’éleveur est ainsi assuré de récupérer son poil à la sortie.

Etant l’unique installation de ce genre dans toute l’Europe continentale, la Filature du Hibou reçoit des demandes nombreuses de toute l’Europe : Hollande, France, Espagne, et même Islande ! Sa plus proche concurrente « Mini Mills » est anglaise mais a décidé de ne travailler qu’avec de l’alpaga.

Le Poil Feutré

Coupés au ciseau et donc récoltés sans le bulbe, la toison des jeunes lapins et le poil emmêlé proche des pattes et des oreilles des animaux adultes n’est pas transformé en pelote. Il est cependant tout aussi doux et chaud que le poil jarreux. Associé à d’autres fibres plus élastiques, il permet de produire gants, chaussons et chaussettes à la tenue parfaite !

C’est l’entreprise ANGORELLA, implantée à Saint Benoit Du Sault dans le département de l’Indre et Loire qui se charge de la transformation et du tricotage machine.  Un atelier artisanal reconnu pour la qualité de son travail depuis près de 25 ans.